DIALOGUE ETAT/SECTEUR PRIVE : LE CTC REPREND SES RENCONTRES AVEC LES ORGANISATIONS PROFESSIONNELLES DU PRIVE

Dans le cadre du dialogue Etat / Secteur Privé, le Comité Technique de Concertation (CTC) s’est réuni le vendredi 13 décembre 2019 à la salle de conférence du 20ème étage de l’immeuble SCIAM. Cordonnée par le Secrétariat Exécutif du Comité de Concertation Etat / Secteur Privé (SE-CCESP), cette réunion a été présidée par le Ministre de l’Economie et des Finances, Monsieur Adama COULIBALY.

 

Plusieurs points ont constitué la matière des échanges entre le gouvernement et les acteurs du secteur privé. Il s’agit entre autres de la question de la dette intérieure fournisseurs, du contrôle fiscal, de la fiscalité liée au secteur des TIC et de la révision des tarifs de l’Etude d’Impact Environnemental et Social (EIES).

 

Des échanges francs, mais aussi fructueux qui ont permis d’apporter des pistes de solutions aux différentes préoccupations des Organisations Patronales et Chambres consulaires du Secteur Privé.

 

« Sur la question de la dette intérieure fournisseur, le Secteur Privé a demandé à ce qu’elle soit traitée avec beaucoup de diligence. Nous avons rappelé que des efforts importants ont été faits depuis le début de l’année jusqu’à ce jour », a déclaré le Ministre Adama Coulibaly, au sortir de cette réunion, à la presse. Selon Monsieur le Ministre Adama COULIBALY, ce sont 771 milliards FCFA dont 50 milliards FCFA pour la dette école qui ont été déjà décaissés pour régler une partie de cette dette. « Nous leur avons dit également conformément aux engagements pris sur la dette flottante (1 à 90 jours) que des efforts seront faits pour qu’elle puisse être traitée dans les meilleurs délais »,  a-t-il dit. Adama COULIBALY a également rassuré le secteur privé plus spécifiquement sur la dette école par rapports aux fondateurs qui attendent un paiement de l’Etat. « Nous avons demandé la mise en place d’un groupe de travail pour relire la convention qui lie l’Etat aux fondateurs pour voir les difficultés qui sont rencontrées dans l’application de cette convention signée en 2011 »,  a-t-il confié. Sur la fiscalité en général, a fait observer Adama COULIBALY, notamment concernant les réformes, des efforts énormes ont été réalisés par le Ministre auprès du Premier Ministre Chargé du Budget et du Portefeuille de l'Etat lesquels ont été salués par le Secteur Privé.

 

« Le Secteur Privé est le moteur de la croissance économique de notre pays. Nous ne pouvons qu’être attentifs à ses préoccupations, parce que malgré la bonne dynamique qui prévaut en ce qui concerne le partenariat Etat/ Secteur privé et les résultats remarquables obtenus sous le climat des affaires, nous ne devons pas perdre de vue la nécessité de redoubler d’ardeur tant il est vrai que d’importants défis demeurent pour accroître davantage les performances du secteur privé et de notre économie. Nous sommes donc ainsi interpellés sur la nécessité de maintenir un dialogue franc et plus constructif à travers le SE-CCESP, afin de renforcer le climat de confiance et de consolider l’élan des reformes et d’investissements significatifs… », a soutenu M. Adama COULIBALY.

 

 

M. Faman Touré, Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Côte d’Ivoire (CCI-CI) conduisant la délégation du Secteur Privé, a, de son côté, indiqué que le Secteur Privé était impatient de retrouver la table de discussion avec le gouvernement au sujet des préoccupations de leurs membres, après une longue période d’interruption au niveau des rencontre des instances du Dialogue Etat – Secteur Privé. « Des engagements ont été pris et des efforts ont été faits. Oui, nous reconnaissons qu’il y a eu des avancées significatives sur les préoccupations du Secteur Privé, mais nous exhortons le gouvernement à aller plus loin dans ses recherches de solutions à nos préoccupations. Car nous avons aussi des engagements vis-à-vis de nos fournisseurs et des partenaires. C’est pourquoi, nous souhaitons que les choses s’améliorent et surtout les mesures fiscales prises concernant les PME », a-t-il plaidé.

 

Il convient de rappeler que le Comité Technique de Concertation est présidé par le Ministre de l'Economie et des Finances et est composé de 25 membres  du gouvernement et des  présidents de la Confédération Générale des Entreprises de Côte d’Ivoire(CGECI),  la Chambre  de Commerce et d’Industrie de Côte d’Ivoire(CCI-CI), la Chambre Nationale des Métiers de Côte d’Ivoire (CNMCI),  la Chambre Nationale d’Agriculture de Côte d’Ivoire (CNACI),  la Fédération Ivoirienne des PME (FI-PME) et l’Association Professionnelle des Banques et Etablissements Financiers de Côte d’Ivoire (APBEFCI).